Home / Accueil

Le style rustique dans les parcs nationaux

Dans le cadre des célébrations du centenaire de Parcs Canada, le Répertoire canadien des lieux patrimoniaux (RCLP) est ravi de mettre la main à la pâte en publiant des articles portant sur certaines des réalisations de Parcs Canada afin de faire connaître aux Canadiens l'important rôle de leadership que joue cette organisation dans la conservation du patrimoine naturel et culturel de tout le pays. Ce mois‑ci, nous traiterons d'un style d'architecture pittoresque, le style rustique, qui s'est vite imposé pour les bâtiments récréatifs et administratifs des parcs nationaux. Les bâtiments présentés ci‑dessous ont tous reçu la désignation d'édifices fédéraux du patrimoine ou de lieux historiques nationaux. Pour obtenir davantage de renseignements à leur sujet, consultez le RCLP.

Parfait alliage du romantisme de la nature sauvage canadienne et des agréments du confort moderne, l'architecture de style rustique présente une apparence très distinctive. Ce type de bâtiment attrayant, que l'on trouve dans les parcs nationaux, est étroitement associé aux zones récréatives du Canada. L'architecture de style rustique englobe un vaste éventail de structures et de méthodes de construction. Puisant son inspiration romantique dans les profondeurs des forêts du Canada, le style rustique s'est distingué comme style architectural dans les parcs nationaux peu après la création de la toute première aire protégée du Canada, le parc national Banff, en 1885.East Gate Registration Complex, Riding Mountain National Park, 1934, Parks Canada / Centre-d'Inscription-de-l'Entrée-Est-du-Parc-du-Mont-Riding, 1934, Parcs Canada

Le style rustique s'inspire des bâtiments en rondins tout simples que bâtissaient les trappeurs, les ouvriers de chemin de fer et les prospecteurs. Ce style, qui rappelle souvent les structures que les premiers colons ont édifiées avec des rondins, est tout indiqué pour s'harmoniser au cadre naturel et sauvage des parcs nationaux situés dans des endroits reculés. Au Canada, le style rustique se manifeste d'abord dans des pavillons de bain et de gares ferroviaires du Canadien Pacifique (CP) construits entre 1886 et 1888. C'est à George Stewart, premier directeur du parc, que l'on doit l'introduction du style rustique à Banff; celui‑ci estime en effet que ce style est celui qui convient le mieux au milieu naturel du parc. Avec le temps, tout le réseau des parcs nationaux lui emboîte le pas, afin de projeter une image distinctive associée aux nouveaux parcs.

Quelles sont les racines de ce style distinctif? Elles sont nombreuses. Le style rustique a en partie été influencé par le chalet suisse traditionnel, qu'Andrew Jackson Downing fait connaître en Amérique du Nord au cours des années 1850. Les techniques de construction au moyen de rondins sont popularisées par un architecte français, Calvert Vaux, dans un recueil de plans intitulé Villas and Cottages qu'il publie en 1857. L'engouement des architectes de l'époque pour l'architecture folklorique joue également un rôle. Toutes ces influences continuent de se faire sentir pendant l'essor de l'architecture rustique, vers la fin du XIXe siècle. Dans les parcs nationaux, le style rustique se manifeste dans des structures vernaculaires faites de rondins, qui comportent des bardeaux, de la maçonnerie en pierre de taille, de larges avant-toits, des vérandas et des parements grossiers en bois. Soutenues par un contreventement rectiligne ou diagonal et munies d'un large avant-toit, ces structures qui affichent délibérément un caractère suisse s'inscrivent dans une démarche stratégique de promotion du tourisme.

HooDoo Warden Cabin, Jasper National Park, Parks Canada / Chalet des gardes du parc de Hoodoo, Parc National Jasper, Parcs CanadaAu moment de leur désignation à titre de parc national, les terres ne comportent bien souvent aucune installation permanente. La montée du tourisme entraîne l'apparition de routes et d'installations récréatives qui font des parcs nationaux des destinations adaptées aux touristes qui voyagent en voiture. En 1909, on instaure un réseau de gardes de parc à temps plein; à compter de 1918, un nombre croissant de chalets destinés aux gardes des parcs sont construits selon un plan normalisé. Il s'agit habituellement de petites structures ne renfermant qu'une seule pièce et qui sont parfois aménagées en vue d'une occupation permanente. Les gardes de parc, qui patrouillent sur des sentiers établis afin de veiller à l'application des règlements sur tout le territoire du parc, passent la nuit dans ces chalets. Faites de rondins coupés sur place, ces structures se distinguent les unes des autres par leur taille, leurs proportions, l'équarrissement de leurs coins, la disposition de leur porte et de leurs fenêtres et le système de soutien de leur véranda. Le plan normalisé prévoit un large avant‑toit de six pieds (près de deux mètres), soutenu par des pannes de toit, qui surplombe la véranda; toutefois, on ajoute souvent des supports décoratifs. Quelques exemples de ce type de bâtiment sont le chalet des gardes du parc de Hoodoo et le chalet de patrouille des gardes du parc de Topaz, qui se trouvent tous deux dans le parc national Jasper. Le Service des gardes de parcs nationaux construit des chalets destinés aux gardes, des tours d'observation, des chalets, des étables et des hangars pour les patrouilleurs; ces bâtiments sont souvent de style rustique. Suivant le développement des parcs, le réseau de chalets de gardes de parcs prend l'ampleur au fil des ans, ce qui permet l'application des règlements relatifs à la protection de la faune et des forêts et le contrôle du tourisme dans les parcs nationaux du Canada. Ces bâtiments modestes et fonctionnels sont toutefois bien peu impressionnants lorsqu'on les compare aux bâtiments de style rustique bien plus grands qui sont édifiés dans les lotissements urbains situés dans les parcs nationaux.Twin Falls Tea House, Yoho National Park, Parks Canada / Salon de thé des chutes Twin, Parc National Yoho, Parcs Canada

Il existe un grand nombre de bâtiments de style rustique très caractéristiques, dont beaucoup ont été dessinés par des architectes : pensons notamment au musée d'histoire naturelle de Banff, au salon de thé des Chutes-Twin, et au lieu historique national du Canada Cave and Basin. Les exploitants commerciaux des centres de villégiature situés dans les parcs nationaux ont aussi adopté le style rustique. Les hôtels, les motels et les hôtels pavillonnaires ont fait de même, tout comme les garages, les restaurants, les postes de police, les casernes d'incendie, les salons de thé et les gares ferroviaires. La plupart des bâtiments appartenant au gouvernement, y compris les abris de pique‑nique, les kiosques à musique et les bâtiments administratifs des parcs, ont été conçus selon le style rustique. Celui‑ci a tout particulièrement gagné en popularité avec le développement du tourisme, des activités de plein air et des propriétés publiques et privées dans les parcs, et, avec les projets fédéraux de création d'emploi pendant la Crise de 1929.

La popularité du style rustique est attribuable à son caractère informel. Le personnel des parcs a même construit deux cabanes en bois rond à l'intention d'Archibald Belaney, mieux connu sous le nom de « Grey Owl », et de sa femme Anahareo. Auteur réputé et grand défenseur de la nature sauvage, Grey Owl a travaillé pour le service des parcs à titre de naturaliste. En 1931, Grey Owl et Anahareo ont vécu dans une cabane en bois rond située dans le parc national du Mont‑Riding; en 1932, ils sont déménagés au lac Ajawaan dans le parc national de Prince Albert.

Bon nombre des thèmes rustiques employés à vaste échelle ont d'abord été observés dans l'hébergement touristique offert dans les parcs, notamment les camps de bungalows, les hôtels pavillonnaires des lotissements urbains et les complexes hôteliers de villégiature. Mentionnons par exemple les cabanes en bois rond faisant office de gîtes d'étape qui ont été construites par Trail Riders of the Canadian Rockies, une organisation fondée par le Chemin de fer Canadien Pacifique dans les années 1920 dans le but d'offrir de l'équitation dans le parc. Mentionnons aussi la maison de thé à deux étages, située le long d'un sentier de randonnée très fréquenté dans le parc national Yoho, qui sert de halte aux randonneurs. Les maisons de thés offrent également refuge et couvert aux randonneurs et aux cavaliers qui s'aventurent dans l'arrière-pays, aux environs des hôtels et des camps de bungalows appartenant au réseau hôtelier du Chemin de fer.

Abbot Pass Refuge Cabin, Banff National Park, Parks Canada / Refuge du col Abbot, Parc National Banff, Parcs CanadaLe Chemin de fer Canadien Pacifique joue un rôle actif dans le secteur du tourisme, dans toutes les Rocheuses; il travaille à la promotion de la randonnée et de l'alpinisme, allant jusqu'à faire venir des guides de la Suisse pour qu'ils prennent la tête de groupes d'alpinistes. De nombreux bâtiments sont construits à l'intention des randonneurs et des alpinistes du Club Alpin du Canada. Des refuges de pierre en haute altitude, semblables à ceux qu'on trouve dans les Alpes, sont bâtis pour accueillir les groupes d'alpinistes dirigés par les guides suisses. Le refuge du col Abbot, un bâtiment de pierre taillée situé à une altitude de 9585 pieds (2 922 mètres), en constitue sans doute le meilleur exemple.

Même si ses origines sont modestes, le style rustique a beaucoup gagné en raffinement et en subtilité au fil du temps. Par exemple, le musée du parc Banff (1902-1903) est un bâtiment distinctif de deux étages à charpente de bois conçu selon le style rustique suisse et dont les murs arborent des ornements à motif de rondins entrecroisés. Il constitue probablement l'exemple le plus important et le plus ouvragé des premières constructions du parc. Avec le temps, le caractère alpin du style rustique se métisse d'éléments des styles Tudor, Queen Anne et Château. Afin d'exploiter l'intérêt suscité par les loisirs en milieu sauvage, le Chemin de fer Canadien Pacifique, la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada, le Chemin de fer le Grand Nord du Canada et les parcs nationaux érigent diverses formes d'hébergement touristique le long de la voie ferrée. Les chemins de fer exercent une influence marquée sur les pratiques de l'époque en matière de conception dans les parcs nationaux du Canada. Les grands hôtels représentent un élément crucial de cette forme de tourisme. Le plus grand et le plus connu des hôtels de villégiature des parcs est l'hôtel Banff Springs du Chemin de fer Canadien Pacifique, conçu en 1886 par Bruce Price. Des agrandissements sont réalisés au XXe siècle par William Painter (1903‑1914) et J.W. Orrock (1926‑1928).

Comme le nombre de bâtiments d'appoints augmente, il devient nécessaire de construire des bâtiments plus grands. Pour pallier les limites inhérentes aux méthodes de construction traditionnelles en rondins, on choisit de placer des éléments décoratifs rustiques sur une charpente de béton armé; c'est notamment l'approche retenue dans le lieu historique national du Canada Cave and Basin, à Banff. Bientôt, d'autres bâtiments construits à Banff ont aussi recours à cette méthode moderne qui consiste à couvrir de parements de bois une structure en béton.

Avant 1950, le style rustique, qui a atteint la pleine mesure de son développement et a gagné en uniformité, devient le style architectural privilégié pour les bâtiments des parcs nationaux, aussi bien dans les milieux éloignés que dans les lotissements urbains. Le rapport exhaustif d'Edward Mill sur l'architecture de style rustique dans le parc national de Prince Albert divise en quatre phases distinctes l'évolution des bâtiments construits avant 1948 :

  • La première phase, qui s'étend de 1927 à 1930, débute peu après la création d'une division de l'architecture au sein de la Direction des parcs nationaux. On confie à cette division le mandat d'élaborer des lignes directrices architecturales en vue de conférer un style distinctif aux bâtiments compris dans le réseau de parcs nationaux. On instaure donc un style rustique qui vise à se fondre au cadre naturel, et on emploie des matériaux d'origine locale et des motifs propres au chalet pittoresque traditionnel pour exprimer le caractère du bâtiment.
  • La deuxième phase, qui va de 1931 à 1936, est marquée par l'établissement de nouvelles lignes directrices architecturales et par la nécessité de faire travailler les Canadiens pendant la Crise de 1929. Des projets exigeants et laborieux, qui auraient probablement été jugés trop onéreux en temps normal, sont menés dans de nombreux parcs nationaux et lieux historiques nationaux. Cette situation donne lieu à une importante vague de construction dans le service des parcs, qui est en plein essor. Le bureau d'inscription de l'entrée sud, bâtiment 3, qui se trouve à Waskesiu dans le parc national de Prince Albert, illustre bien cette phase. De style rustique d'inspiration Tudor, ce bâtiment se distingue par l'emploi judicieux de matériaux de construction naturels.  
  • La troisième phase commence en 1936, année marquant à la fois la fin du financement de secours et la fin du programme centralisé d'architecture dans les parcs nationaux. Cette phase s'étend jusqu'en 1940; la Seconde Guerre mondiale vient alors perturber les activités de construction. À la suite du démantèlement de la division de l'architecture, en 1937, ce sont les Services de génie et de construction, une direction du tout nouveau ministère des Mines et Ressources, qui prennent en charge tous les travaux de conception relatifs aux parcs nationaux. À compter de 1937, on observe une certaine retenue sur la plan financier, qui se manifeste par l'emploi d'ossatures de bois ouvré, faites de bois scié commercial. Pour respecter le thème du chalet rustique en rondins, on a recours à un revêtement en rondins, plus économique, qui est posé sur les côtés de la structure de bois.
  • Pendant la quatrième phase de construction, qui va de 1945 jusqu'aux années 1950, on continue principalement à utiliser un revêtement de demi-rondins pour obtenir l'effet rustique recherché. Faute de personnel et d'argent, on délaisse l'architecture rustique distinctive pour emprunter les plans d'autres programmes de construction du gouvernement comme la Skoki Ski Lodge, Banff National Park, Parks Canada / L'Auberge-de-Ski-Skoki, Parc National Banff, Parcs CanadaCommission d'établissement des soldats du Canada et la Société centrale d'hypothèques et de logement. Les résidences du personnel dans le lotissement urbain du lac Waskesiu, au parc national de Prince Albert, en constituent un bon exemple. 

Dans les années 1970, le style rustique ancien devient mieux connu et plus apprécié, car bon nombre des bâtiments construits selon ce style ont maintenant besoin d'être restaurés. En 1992, la Commission des lieux et monuments historiques du Canada recommande que plusieurs bâtiments de style rustique demeurés intacts soient désignés lieux historiques nationaux. Il s'agit du refuge du col Abbot, dans le parc national Banff; du salon de thé des Chutes‑Twin, dans la vallée de la Yoho, dans le parc national Yoho; de l'hôtel Prince of Wales, dans le parc national des Lacs‑Waterton; de l'auberge de ski Skoki, dans le parc national Banff; du centre d'inscription de l'entrée est, chemin Norgate, dans le parc national du Mont‑Riding; et du Centre d'accueil (ancien centre d'administration), lotissement urbain de Jasper, dans le parc national Jasper.

Information Centre, Jasper National Park, Parks Canada / Centre-d'Accueil-du-Parc-Jasper, Parcs CanadaBien enraciné dans la tradition canadienne, le style rustique est aujourd'hui solidement établi dans l'imagination populaire des Canadiens. De nos jours, les rondins équarris à la main, les pierres robustes et le charme quelque peu féérique du style rustique nous aident à nous identifier à notre vaste réseau de parcs nationaux. Aussi, s'il vous prend l'envie de visiter un parc national cet été, cherchez-y ces bâtiments pittoresques et prenez un instant pour vous émerveiller de l'exécution soignée et distinctive qui caractérise le style rustique.

Sources :

Edward Mills, Rustic building in Canada's National Parks, 1887-1950, HSMBC Paper, November 1992.

W.F. Lothian, Petite histoire des parcs nationaux du Canada, Ministre des Approvisionnements et Services Canada, 1987.

W.F. Lothian, Histoire des parcs nationaux du Canada, Volume III, Ministre des Approvisionnements et Services Canada, 1979.

Harold Kalman, A Concise History of Canadian Architecture, 2000.

Vous souhaitez en apprendre davantage sur l'architecture rustique? Visitez les pages suivantes du Répertoire canadien des lieux patrimoniaux.

Lieu historique national du Canada de l'Hôtel-Prince of Wales, parc national du Canada des Lacs-Waterton, Alberta 

Écurie, parc national Yoho, Colombie‑Britannique

Belvédère, pointe Batterman, parc national du Canada des Îles-du-Saint-Laurent, Ontario

Lieu historique national du Canada de l'Auberge-de-Ski-Skoki, parc national du Canada Banff, Alberta

Abri de pique-nique, parc national du Canada Jasper, Alberta  

Kiosque à musique, parc national du Canada du Mont-Riding, Manitoba

Abri-cuisine 7, parc national du Canada des Lacs-Waterton, Alberta

Bâtiment de l'entrée est du parc national du Canada du Mont‑Riding, Manitoba

Bureau central des gardes de parc / centre d'accueil, Waskesiu, Saskatchewan  

Résidence du directeur du parc, bâtiment 22, Waskeiu, Saskatchewan 

Caserne de pompiers, parc national du Canada du Mont-Riding, Manitoba 

Pavillon d'observation rustique, jardins Cascades du temps, parc national du Canada Banff, Alberta

Pavillon de golf, parc national du Canada du Mont-Riding, Manitoba

Bâtiment de la bibliothèque municipale, parc national du Canada Jasper, Alberta

Ancienne gare du Canadien National (CN), parc national du Canada Jasper, Alberta

Lone Sheiling, parc national du Canada des Hautes-Terres-du-Cap-Breton, Nouvelle‑Écosse (inspiré d'un « bothran » rustique, c'est‑à‑dire un type d'habitation écossaise)

Édifice Rescue, Jasper, Alberta

Centre d'accueil, parc national du Canada Jasper, Alberta

Cabane alpine Stanley Mitchell, parc national du Canada Yoho, Colombie-Britannique

Édifice de l'administration, parc national du Canada Fundy, Nouveau-Brunswick

Refuge Arthur O. Wheeler, parc national du Canada des Glaciers, Colombie-Britannique

Refuge du col Abbot, parc national du Canada Banff, Alberta

Salle des fêtes, ancienne salle de danse, Waskesiu, Saskatchewan

Chalet des gardes de parc de Brazeau, parc national du Canada Jasper, Alberta

Chalet des gardes de parc de Hoodoo, parc national du Canada Jasper, Alberta

Chalet des gardes de parc du ruisseau Isaac, parc national du Canada Jasper, Alberta

Chalet des gardes de parc du Lac Floe, parc national du Canada Kootenay, Colombie‑Britannique

Résidence des gardes de parc de Whirlpool, centre d'inscription de l'entrée est du parc national du Canada du Mont‑Riding, Manitoba  

LIENS CONNEXES